skip to Main Content
01 75 43 77 08 info@dataprospects.fr
Générer Des Leads En Inbound Marketing Grâce Au SEO

SEO, le guide complet du marketeur B2B

Qu’est ce que le SEO ?

Vous avez certainement entendu du SEO (pour Search engine optimization), ou référencement naturel. Si vous n’en avez jamais entendu parler, faites un tour sur Wikipedia pour trouver une définition préciser. Pour résumer, le SEO c’est le processus qui va améliorer la visibilité de votre site Internet dans les résultats des moteurs de recherche, hors référencement payant.

Il peut vous paraitre étonnant de trouver un article expliquant le SEO sur un site de vente de fichiers de prospects ; mais, chez Dataprospects, nous pensons qu’il est primordial d’activer un maximum de canaux marketing disponibles pour développer efficacement une entreprise. Le SEO fait partie de toutes les techniques que nous recensons dans notre système de prospection commerciale B-to-B Dataprospects® . Si vous prenez le parti de le suivre, et donc de produire du contenu éducatif pour vos prospects et vos clients, un minimum d’efforts en référencement naturel viendra rentabiliser le temps passé à la rédaction de contenu destinés à l’inbound marketing. Cet effort servira également à améliorer la qualité de vos campagnes email marketing.

Comment procéder pour améliorer le positionnement des pages de votre site Internet dans les résultats des moteurs de recherche pour des requêtes intéressantes ? Comment faire pour qu’il soit simple de vous trouver sur Google ? Combien de temps consacrer au SEO ?

Comment différencier les bons et les mauvais conseils ?

Comment se former en tant que propriétaire d’entreprises ou de salariés pour générer un flux de visites qualifié vers votre site Internet, pour pouvoir ensuite le convertir en leads ou en clients ?

C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer dans ce guide.

Pourquoi est-ce important ?

Un nombre incroyable d’internautes font des recherches sur Internet. Ce trafic est extrêmement important pour une entreprise, car non seulement il peut être très élevé, mais parce que ce trafic est très qualifié.

Si, par exemple, votre activité consiste à proposer des formations professionnelles en management, les internautes qui lancent la requête « formation management CPF » sur Google vont être particulièrement intéressants pour votre business…

Ces internautes vont être très qualifiés, car ils ont une intention d’achat. C’est-à-dire qu’ils ont déjà réfléchi et qu’ils font cette démarche pour trouver l’organisme de formation qui va leur dispenser.

Il y a aussi des personnes qui ne sont pas encore dans une démarche de passage à l’acte, qui vont faire des recherches sur des thématiques autour de la vôtre. Dans notre exemple :

  • comment animer une équipe de commerciaux
  • comment développer son leadership au travail
  • comment mener un entretien annuel avec un collaborateur

Avec un contenu éducatif approprié, il est beaucoup plus facile d’apparaître dans les premiers résultats pour des recherches connexes comme celles-là, car elles ont moins d’intérêt commercial et sont donc moins concurrentielles d’un point de vue SEO. En étant bien positionné dans les résultats de recherches avec des contenus éducatifs, vous pouvez facilement récolter des prospects « froids », autrement dit qui n’ont pas de projet immédiat, mais avec qui il est particulièrement opportun de rester en contact, car ils seront peut-être intéressés plus tard. Et, si vous vous positionnez comme expert en la matière auprès d’eux dès maintenant, votre entreprise sera forcément dans la liste des fournisseurs interrogés quand le moment se présentera.

Pourquoi ne faut-il pas baser tout son marketing sur le SEO pour une activité B2B ?

Pour la même raison que l’on ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Un bon positionnement de votre site peut générer un formidable flux de visiteurs sur votre site internet. Mais,

  • Tout le monde ne cherche pas un prestataire B2B sur Google
  • Le positionnement d’un site dans les résultats de Google ne peut pas être maitrisé à 100 %. Vous n’êtes pas à l’abri d’un changement d’algorithme qui vous pénalise. Ni d’un concurrent qui investit massivement en SEO et passe devant vous sur les requêtes les plus intéressantes.

Contrairement à l’outbound marketing qui peut donner des résultats prévisibles, le SEO est plus aléatoire, que ce soit en termes de résultats et de délais avant d’avoir des résultats.

Comment cela fonctionne concrètement ?

En premier lieu, il faut savoir que Google est le plus incontournable des moteurs de recherche. En France, à l’époque où j’écris cet article, Google représente 91 % des parts de marché.

Les algorithmes de Google qui classent les résultats changent constamment. Google sort régulièrement une nouvelle mise à jour majeure nommée du nom d’un animal. Par exemple Panda ou Penguin. Un des objectifs de ces mises à jour est de pénaliser les techniques déloyales pour gagner des places dans les moteurs de recherche. Une fois ces mises à jour en place, certaines techniques de référencement « Black Hat » deviennent risquées ou inopérantes.

Quand j’ai commencé à travailler sur Internet, dans les années 2000, il était extrêmement facile de se positionner dans les premiers résultats pour un mot clé donné. Nous avions déposé le nom de domaine « emailing.fr », et devinez quoi ? Nous étions premiers sur le mot clé « emailing ».

À présent, Google utilise un algorithme compliqué, qui analyse une multitude de critères.

Pour simplifier, Google cherche les contenus de très bonne qualité, qui vont apporter des informations utiles à l’internaute qui effectue la recherche. Car l’objectif de Google, c’est que l’utilisateur soit satisfait et trouve ce qu’il cherche.

Pour cela, des robots vont visiter un maximum de pages sur Internet. Ils vont parcourir votre site internet et évaluer ce qui est intéressant pour ses utilisateurs, en se basant en partie sur des mots clés.

Pour déterminer ce qui est intéressant pour ses utilisateurs, un grand nombre de facteurs entrent en jeu, mais je vais tenter de vous expliquer les plus importants.

La qualité d’un contenu est évaluée en fonction du nombre de liens venant d’autres sites qui pointent vers les pages de votre site. Les caractéristiques des sites internet qui font un lien vers le vôtre est aussi prise en compte : leur qualité, leur thématique, leur réputation (déterminée par le nombre de liens pointant vers eux)…

La qualité d’un contenu est donc évaluée en fonction d’un mélange de différents ingrédients : réputation, popularité, thématique, sémantique.

Il y a des centaines d’autres facteurs et Google ne communique pas précisément dessus. Certains viennent officiellement de Google, d’autres sont issus de constatation de la part de référenceurs professionnels. Il y a aussi beaucoup de rumeurs. Mais, les plus importants sont :

  • Le comportement des internautes qui visitent votre site : restent-ils longtemps, regardent-ils plusieurs pages ou au contraire reviennent-ils immédiatement à leurs résultats de recherche ?
  • La vitesse d’affichage de votre site, et fonctionne-t-il bien sur mobile ?
  • Est-ce que le contenu est unique ou a-t-il été recopié sur d’autres sites ?

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de Google, vous pouvez visiter la page Google : https://www.google.com/search/howsearchworks/

La bonne nouvelle ? Vous n’avez pas besoin d’être un expert en SEO ou de hacker Google pour positionner le site internet de votre entreprise sur des mots clés rentables. En suivant quelques préceptes éprouvés, vous pouvez récupérer un trafic qualifié important depuis Google.

Trouver les bons mots clés

La première étape consiste à déterminer quels sont les mots clés les plus rentables pour vous. C’est-à-dire qu’il va falloir trouver ce que les gens cherchent réellement et dans quel cas il est intéressant que votre site sorte dans les premiers résultats de recherche.

Et, ce n’est pas si simple.

Revenons à notre organisme de formation en management.

Le premier mot clé auquel on va penser est « CPF formation management ».

Le problème, c’est qu’un positionnement en première position dans les résultats naturels pour ce mot clé est quasiment impossible. Les premières positions sont trustées par les sites de l’État Français : maformation.fr, le-compte-personnel-formation.com, des médias (Cadre Emploi) et d’autres sites institutionnels. Il n’y a qu’un seul organisme de formation, Cegos, qui est la plus grosse de ces sociétés en France, donc disposant de la plus forte notoriété et du plus de moyens. Sans compter que la page de résultats de Google est occupée aux trois quarts par des annonces publicitaires (référencement payant, pour un coût d’environ 3,4 € le clic en octobre 2022).

Et, le pire ? Presque personne ne recherche « CPF formation management » sur Google.

Trouver des mots clés rentables, c’est-à-dire avec un rapport facilité de positionnement / volume de recherche effectif n’est pas aisé.

Plusieurs facteurs entre en jeu pour déterminer s’il va être rentable de travailler sur un mot clé :

Le volume de recherches

Il s’agit de savoir s’il y a un nombre important de personnes qui recherchent ce mot-clé sur Google, ou pas. Plus le nombre de personnes qui recherchent ce mot clé chaque mois est important, plus le gain potentiel en trafic si le mot clé est bien positionné va être important. Au contraire, comme nous l’avons vu plus haut, si vous êtes premier sur un mot clé que personne ne recherche, l’impact sera nul. Malheureusement, plus le volume de recherche est élevé sur un mot clé, plus rude sera la concurrence. Les référenceurs qui travaillent à la concurrence vont privilégier ces mots clés stratégiques.

Le volume de recherches sur un mot-clé peut être trouvé gratuitement grâce à l’outil de planification de mots-clés de Google. Mais, pour y accéder il faut un compte Google Adwords opérationnel. Sinon la solution la moins onéreuse que j’ai trouvé, est l’extension de navigateur https://keywordseverywhere.com. Vous pouvez également tester Ubersuggest qui reste abordable.

La pertinence

Est-ce que le mot clé est pertinent pour votre audience ? Il s’agit simplement de bon sens. Si vous vendez des formations de management dans les métiers de l’informatique, être positionné sur le mot clé « formation excel » ne vous sera pas d’une grande utilité.

Mais, cela peut être plus subtil. Un indécis qui va faire une recherche pour savoir comment utiliser utilement son CPF pourra faire une recherche moins précise. Comme « formation professionnelle » ou « formation en entreprise ». Forcément il sera beaucoup plus difficile de ressortir en première page sur ce type de mot-clé.

Idéalement, il va falloir trouver les mots clés les plus adaptés pour votre cible.

Un mot clé comme « formation CPF manager informatique » sera moins concurrentiel et permettra de cibler des prospects qualifiés pour votre offre. À voir ensuite si le volume de recherche est intéressant.

La concurrence

Il faut prendre en compte la concurrence que vous allez rencontrer pour un mot-clé donné. La concurrence sur un mot clé détermine quel va être la difficulté et accessoirement le coût pour vous positionner dessus.

Le même outil cité plus haut (Keywordseverywhere) permet de voir quelle est la « difficulté » de positionnement d’un mot clé. Si vous ne possédez pas d’outil, vous pouvez également regarder combien il y a de résultats sur Google pour le mot-clé que vous convoitez. S’il y en a 4 millions, le positionnement en première page va être plus difficile.

Trouvez un mot clé rentable

Partir de ses avatars clients

Tout d’abord, il faut parfaitement connaître vos prospects (cela s’appelle les avatars clients en marketing.

  • Quel est leur métier
  • Quels problèmes rencontrent-t’ils ?
  • Quelles formulations utilisent-t’ils pour décrire votre produit ? (Utilisent-ils des mots simples ou un jargon technique ?)
  • Quels autres outils / services sont-ils susceptibles d’utiliser ? Chez quels concurrents vont-ils ?

Bien sûr, vous pouvez avoir plusieurs avatars clients.

Les réponses à ces questions vont vous permettre de définir une liste de mots clés que ces personnes sont susceptibles de rechercher.

Ces mots clés doivent ensuite être testés dans l’outil que vous avez choisi à l’étape précédente. Vous obtiendrez alors une liste de mots clés qui sont effectivement recherchés par des internautes et pertinents pour votre offre.

Partir des mots clés qui vous apportent déjà des visiteurs

Une autre source de mots clés intéressants si vous avez déjà un site internet en place avec du trafic est la console Google Webmaster Tools. Vous pouvez consulter quels mots clés vous rapportent des visiteurs. Une bonne piste est d’améliorer le positionnement sur ces mots-clés.

Etudier la concurrence

Vous pouvez « espionner » vos concurrents pour savoir sur quels mots clés ils sont bien positionnés et lesquels leur rapportent le plus de trafic.

Certains outils permettent de trouver ces informations facilement. Comme ahrefs.com qui n’est pas donné.

Si votre budget est plus limité, l’extension KeywordsEveryWhere permet de récupérer ces informations pour un site donné. Voilà, par exemple, le résultat pour un organisme de formation :

Optimiser les pages de son site Internet

Vous avez à présent une liste de mots clés pertinents et rentables. Il est temps de modifier légèrement votre site internet pour que les moteurs de recherches vous positionnent sur ces mots clés. Une chose importante : une page de votre site internet ne devrait être optimisée que pour un seul mot clé. En pratique, ce n’est pas toujours faisable. Sur certains sites existants, une page peut être positionnée sur plusieurs mots clés, et il n’est pas forcément intéressant de « casser » le positionnement existant. Quand cela arrive, ce n’est pas bien grave. Les mots clés positionnés pour la page en question sont souvent très proches au niveau sémantique et appartiennent à la même thématique.

Le titre de la page

Il est primordial de placer le mot clé ciblé dans le titre de la page. Le but n’est pas de répéter un nombre important de fois ce mot clé. Google pénalise toujours plus les tentatives de manipulation de son algorithme pour booster son positionnement. Mais, le titre de la page est crucial et c’est la place idéalement pour y mettre le mot-clé pour lequel on convoite une bonne position.

Le titre de la page apparaît en haut du navigateur quand on est sur la page. Il s’agit du titre de l’onglet. Il apparait aussi dans les résultats des moteurs de recherche. Google peut le modifier dans certains cas (notamment si le mot clé recherché par l’internaute n’apparaît pas au début du titre).

La longueur importe peu. Certes l’espace d’affichage est réduit dans les résultats de recherche. Pour que tout le titre soit bien affiché, certains conseillent de se limiter à 60 caractères. Il est plus pertinent de privilégier un titre intelligible, reprenant élégamment les termes de recherches visés. Le titre doit être plus intelligible qu’un simple terme de recherche. Et, peut-être enrichi par d’autres termes venant appuyer la signification sémantique. Même si le titre n’est pas affiché en entier dans les résultats, l’ensemble sera considéré par Google pour son classement. La taille idéale se situerait plutôt de 5 à 10 mots, sans compter les mots de liaison.

Techniquement, titre de la page n’a rien voir avec les titres servant de sections dans la page (balise Hn).

Mais, le titre de la page peut être le même que la balise H1. Ou pas, il n’y a pas de règle.

De notre côté, nous adoptons la structure suivante pour le titre de la page :

Titre de l’article – Titre du site

Ou

Titre de l’article – Rubrique – Titre du site

Les balises meta

La balise meta description

Cette balise a été prévue pour fournir aux moteurs de recherche une description à afficher dans la liste des résultats, en dessous du titre. Elle n’a pas d’incidence dans le classement des résultats. Elle ne sert que pour l’affichage des résultats. Dans les faits, Google peut parfaitement choisir de ne pas utiliser la balise description et utiliser un passage de votre page, qui lui semble plus pertinent par rapport aux termes de recherche entrés par l’internaute. Il y aura plus de chances que la balise description soit reprise par Google, si les termes de recherches entrés par l’internaute se situe plus ou moins au début du texte de description.

Techniquement, elle peut aller jusqu’à 320 caractères, mais le texte sera tronqué dans la plupart des cas. Et, différemment selon les cas de figure (l’espace disponible n’est, par exemple, pas le même que l’on soit sur ordinateur ou sur mobile).

La balise keywords

Officiellement, Google n’en tient plus compte. Vous pouvez quand même l’utiliser pour les moteurs de recherches alternatifs qui peuvent en tenir compte.

Personnellement je m’en sers pour me rappeler quels mots-clés j’ai ciblé dans ma page :)

Le corps de la page

Le contenu de votre page est le plus important.

Un contenu unique et pertinent

L’objectif de Google est de proposer les meilleures réponses aux requêtes tapées par les internautes. Pour cela il se base en partie sur la notion de « EAT ». Cela signifie : « Expertise, Authoritativeness, Trustworthiness ». C’est-à-dire expertise, autorité et crédibilité. Ce sont les notions que vous devez garder en tête quand vous rédigez un contenu.

Les dernières mises à jour de Google favorisent les contenus plutôt long, et surtout uniques. C’est-à-dire non dupliqués (avec une autre page de votre site ou pire avec un autre site). Il n’y a pas de longueur particulière à respecter, mais pour être pertinent, il faut un certain volume de contenu. Une page de 50 mots sera quasiment impossible à positionner correctement. De même, des centaines de pages presque identiques entre elles ne vous donneront pas de bons résultats. S’il s’agit d’une chose utile pour que votre site fonctionne, dans ce cas, privilégiez une page longue et placez une balise no-index sur les autres variantes.

Un conseil : rédigez le plus naturellement possible un article intéressant sur votre thématique, vous permettra d’éviter les filtres antispam de Google, et également de ressortir sur de nombreux mots clés du champ lexical de votre sujet. Ces mots clés moins importants en termes de volume de recherche font partie de « la longue traine ». Ils représentent moins de volume pris séparément, mais sont loin d’être négligeables quand ils sont nombreux.

Un contenu bien structuré

Nous avons pris le parti de structurer correctement nos pages, grâce aux balises H1 à H3, voire H4. Le but étant que Google comprenne de quoi parle la page, il est évident qu’un contenu structuré sera plus compréhensible pour leur algorithme. Ce même l’utilisation de mots clés en gras (balise <strong>), peut aider à faire ressortir les mots clés sur lesquels on veut bien ressortir.

Les images

Les balises images contiennent deux choses :

  • l’URL de l’image à afficher
  • la balise alt

Utiliser les balises alt est déjà la moindre des choses pour rendre votre contenu accessible aux personnes malvoyantes. Mais, cela peut avoir un impact au niveau du référencement. Le principe est de décrire de manière factuelle ce que contient chaque image. Et, accessoirement d’y placer vos mots clés importants, à condition qu’ils aident à la compréhension du contenu général de la page (sinon c’est du spam).

Si l’image ne sert à rien sur le plan de la compréhension de la page (par exemple, les images de séparation, les puces, les éléments de la charte graphique), la balise alt doit être présente, mais vide (sinon là encore, remplir de mots clés la balise alt d’une image qui ne sert à rien, c’est du spam).

Les balises schema

Ces balises servent à enrichir les résultats des moteurs de recherche. Ils n’ont pas un rôle direct dans le positionnement mais :

  • ils peuvent augmenter le taux de clic sur votre site dans les résultats des moteurs
  • ils permettent aux moteurs de mieux comprendre votre contenu

Exemple ici :

Les balises de données structurées utilisées ici sont :

ratingValue : 4.7

reviewCount : 88

Si votre CMS permet d’ajouter facilement du contenu structuré, ne vous en privez pas.

Les liens internes

La façon dont vous organisez votre contenu, et donc de comment vous liez vos pages entre elles, a un impact sur votre référencement.

Pour faire une analogie avec le fonctionnement d’un moteur de recherche. Imaginez qu’un flux entre sur votre site (un liquide, comme du jus).

À chaque lien, une partie du jus va part vers la page de destination. Le jus se répartit équitablement entre chaque lien d’une page et ainsi de suite.

Plus une page recevra de jus, plus elle sera importante aux yeux du moteur de recherche.

Cette image est valable également pour les liens externes. Rendez-vous au prochain chapitre pour les liens externes vers votre site, mais le principe est le même.

Un moteur de recherche va aussi regarder le texte placé sur chaque lien. Ou l’ancre. Celui-ci l’aide à comprendre de quoi parle la page.

Concrètement, si de nombreuses pages pointent vers une page de votre site, avec des ancres correctement choisies ; il y a de grandes chances que cette page paraisse importante aux yeux de Google et qu’il vous positionne sur les mots clés associés.

Mais, attention, ces liens ne doivent pas paraître artificiels. Ils doivent être intégrés naturellement dans votre contenu. Créer artificiellement un grand nombre de liens avec une ancre identique vers une page de votre site sans qu’il y ait un intérêt pour l’internaute pourra être considéré comme du spam et pénaliser votre référencement.

Un juste milieu doit être trouvé entre maillage interne naturel et spam uniquement destiné au SEO. Le robot de Google doit circuler sur votre site, en naviguant dans les liens contextuel des contenus, sans jamais tomber dans une impasse.

Un lien contextuel dans une page doit mener à un contenu connexe. Soit un contenu venant enrichir votre propos ou similaire, ou proposant une alternative.

Le must, est de travailler par « cocons sémantiques » ou par « silos ». Je vous laisse chercher ces notions sur Google :-)

Les liens externes : le netlinking

Tout d’abord, des définitions :

Définition d’un backlink

Appelé aussi lien entrant ou lien externe, un backlink est un lien hypertexte qui permet d’envoyer un visiteur d’un site A vers un site web B. Les robots de crawl des moteurs de recherche utilisent les backlinks pour explorer le web et découvrir de nouvelles pages.

Définition du netlinking

C’est l’action de faire créer des liens externes ou backlinks depuis d’autres sites vers son site Internet

En quoi le netlinking est-il important ?

En résumé : des liens depuis des sites populaires vers des pages de votre site ont un impact majeur sur le classement de votre site dans les résultats des moteurs de recherche.

Cela veut dire que plus un site aura de liens pointant vers lui, et plus les sites d’origines seront importants, meilleur sera son référencement. Mais, car il y a toujours un « mais » en référencement, des liens obtenus de manière artificielle (achat d’un article par exemple) ou déloyale (comme le spam de commentaires d’un blog) n’aura pas l’impact escompté. Voire pourra pénaliser le site.

Comment obtenir des backlinks vers son site Internet ?

De nombreuses solutions existent, cependant l’algorithme de Google est de plus en plus intelligent et toutes les solutions ne se valent pas.

Il fut un temps où un netlinking fait de manière trop brutale pénalisait systématiquement le référencement. Ce temps est révolu, Google va tout simplement ignorer les backlinks de mauvaise qualité. Cependant, une pénalité manuelle peut toujours être appliquée. Dans ce cas, une alerte est émise dans la Google Search Console.

Une chose à savoir : les conditions générales de Google interdisent la création de liens vers votre site dans le but de manipuler les résultats de son algorithme. En d’autres termes, l’achat ou l’échange de liens est interdit.

Pour Google, idéalement, le netlinking reviendrait à créer un contenu tellement pertinent et intéressant, que des webmasters, éblouis par la qualité de votre contenu, décideraient de leur propre chef de faire un lien vers votre page.

Plus sérieusement voilà les différentes sources de liens :

  • Annuaires : la plupart sont pénalisés par Google. Pour éviter les problèmes, privilégiez deux qui ont du trafic (vérifiable sur les outils de ahrefs).
  • Forums : il ne s’agit pas de spammer les forums, mais de créer des comptes réels sur les forums de votre thématique et de participer de manière constructive, en plaçant accessoirement un lien vers votre site quand cela est utile ou dans votre signature quand cela est possible.
  • Articles invités dans des blogs : il s’agit de rédiger un article intéressant contenu un lien vers votre site et de le proposer au webmaster d’un blog important dans votre thématique
  • Échange de liens : idem, mais en échange d’un lien. Pour éviter d’être repéré, ne faites pas de lien réciproque ; il faut 3 sites. Le site fait un lien vers le vôtre et vous faites un lien vers un autre site du webmaster avec qui vous faites l’échange (les blogueurs pros auront toujours un second site à promouvoir)
  • Achat de lien : c’est interdit, toutefois difficilement détectable si vous privilégiez des sites qui n’ont pas été conçus dans le seul but de vendre des liens. Vérifiez avant toute chose si le site que vous ciblez a du trafic.
  • Sites de partenaires : demandez à vos partenaires ou clients de faire un lien vers votre site. Proposez à vos fournisseurs de participer à une étude de cas.
  • Relations presse : essayez d’avoir un article dans la presse locale. La plupart ont une version en ligne.

Comment choisir les ancres ?

Pour éviter tout problème, variez bien les ancres que vous utilisez. Il y en a trois types :

  • ancre optimisée : terme de recherche exact
  • ancre non optimisée : terme de recherche dans une phrase
  • ancre non optimisée : pas de terme intéressant (par exemple : « visitez le site internet »

Les autres points à étudier pour le SEO

Certains paramètres indépendants du contenu et des liens ont un impact en référencement.

La vitesse d’affichage de la page ou page speed

Ce critère n’a pas d’impact direct sur le positionnement d’une page sur Google. Attention, Google dit officiellement le contraire, mais cela n’a pas été vérifié. Cependant, cela aura un impact sur la facilité qu’aura le robot d’indexation de Google à naviguer dans votre site. Et, cela aura un impact sur l’expérience des visiteurs qui visiteront votre site.

Pour mesurer la vitesse de chargement d’un site, Google a créé un outil : Google Pagespeed.

Cette mesure est également accessible dans la console Google Search.

Affichage sur mobile

Google a annoncé que son algorithme favorisait les sites optimisés pour mobile.

Dans les faits, nous ne l’avons pas vérifié. Mais bon, nous sommes en 2022, vous devez proposer un site navigable sur mobile…

Là encore, les résultats sont visibles dans la console Google Search.

Redirections et pages non trouvées

Des redirections erronées sur un site internet peuvent être désastreuses au point de vue du référencement. De même que des pages non trouvées, car la page a été déplacée. Soyez donc très vigilant quand vous déplacez une page. Assurez-vous de créer une redirection de l’ancienne adresse vers la nouvelle. Ou bien assurez-vous que votre CMS gère cela pour vous. Attention aussi aux changements de titre d’une page, certains CMS peuvent changer son URL.

Si vous devez déplacer une page, la redirection à créer est une redirection 301 (pour dire que la page a été déplacée définitivement).

Un changement de la structure des URL du site doit être murement réfléchi. La marche à suivre dans ce cas est de tester vos modifications sur une copie du site pour voir si toutes les anciennes URL sont bien redirigées vers les nouvelles (en redirection 301), afin de ne pas perdre votre référencement actuel.

Contenu dupliqué

Depuis les dernières mises à jour, Google pénalise fortement le contenu dupliqué. Le contenu dupliqué, c’est le fait de copier du contenu sur plusieurs pages. Cela vaut aussi pour les contenus similaires entre plusieurs pages. Cela arrive quand vous créez plusieurs pages avec un contenu majoritairement identique et quelques modifications. Par exemple des fiches produits différentes pour des variantes d’un même produit. Les pages sont presque identiques entre elles, seule la couleur ou la taille va changer. Une grande quantité de pages dupliquées sur un site est un signal de mauvaise qualité pour les moteurs de recherche.

Sitemap

Un sitemap aide les robots des moteurs de recheck, notamment Google et Bing, à découvrir l’ensemble de vos contenus. Veillez à ne pas inclure dans votre site map des pages qui ne sont pas utiles (comme les pages diarchies, les pages auteurs, etc.). La plupart des CMS permettent de générer facilement un sitemap pour votre site.

Robots.txt, meta noindex, & liens nofollow

Le fichier robots.txt indique aux moteurs de recherche quels pages ils peuvent indexer, et quelles pages ils doivent ignorer. Attention à ne pas commettre d’erreur dans ce fichier, cela pourrait conduire à la désindexation de pages qui devraient l’être. Mais, vous pouvez vous en servir pour empêcher l’indexation de pages avec du contenu dupliqué, qui sont nécessaires au bon fonctionnement de votre site. C’est ce fichier robots.txt qui sert également à empêcher l’indexation de votre site de test si vous en avez un.

La sécurité

SSL

Google conseille l’utilisation du SSL (protocole HTTPS). Il n’y a pas réellement d’impact mesurable sur le positionnement, cependant cela évite l’affichage d’alertes de sécurité sur les navigateurs et rassure les internautes.

Sécurisation du site

Un site piraté peut être désastreux en termes de référencement. Un long temps d’indisponibilité du site, la création de centaines de pages contenant des liens vers sites illégaux, ou l’ajout d’un malware générant une alerte sur les navigateurs peuvent conduire à une perte de positions. La solution pour éviter cela est de toujours tenir à jour votre CMS et d’installer une solution de sécurité sur votre site ou votre serveur. Pour WordPress, WP-Defender est un bon plugin de sécurisation.

Le suivi des résultats

Pour vérifier si toutes les actions entreprises donnent des résultats, il est utile de suivre leurs résultats.

Il y a trois mesures intéressantes à suivre.

Suivi du positionnement

De nombreux outils permettent de suivre l’évolution des positions de votre site dans les résultats de Google pour les mots clés importants.

Ces outils permettent de connaitre le classement de votre site pour une requête donnée et de suivre l’évolution de ce classement dans le temps. Cela paraît simple, il est tout à fait possible de les relever régulièrement à la main. Mais si vous travaillez sur plusieurs dizaines de mots clés, le gain de temps est considérable.

Pour ma part je travaille avec Screpy. Cette solution propose :

  • La vérification de la vitesse d’affichage de votre site
  • Un validateur W3C
  • Un système d’alerte au cas où votre site n’est pas disponible
  • Le suivi de vos positions sur Google

En ce moment, Screpy est disponible pour 49 dollars pour un abonnement à vie sur AppSumo.

Suivi du trafic généré par le référencement naturel

Une autre métrique donnant une idée de la performance de votre référencement est le nombre de visiteurs que els moteurs de recherche vous envoient.

Cette information est disponible :

Dans la Google Search Console

Dans la rubrique « Performances ».

Les milles requêtes les plus fréquentes dans Google sont listées, ainsi que le nombre d’impression et de clics sur ces différentes requêtes dans le temps. Avec un affichage de la position moyenne dans les résultats de recherche.

Dans votre outil de mesure du trafic

Comme Google Analytics.

Malheureusement, sur Google Analytics (ainsi que sur les autres outils de suivi de trafic), les données ne sont pas toujours exhaustives. Vous vous rendez-compte que certaines visites ont pour mot-clé : « not provided ». Cela veut dire que Google Analytics n’a pas pu avoir accès à la requête tapée par l’internaute dans le moteur de recherche d’origine.

Suivi des leads générés grâce au référencement naturel

Enfin, vous pouvez considérer le nombre de leads ou de ventes que votre référencement vous rapporte.

Cette mesure est un petit peu plus compliquée à mettre en place. Le plus simple est de paramétrer des objectifs de conversion dans google Analytics. Ensuite les rapports vous donneront le nombre de conversions pour chain de vos canaux d’acquisition, notamment le trafic organique.

Conclusion

il est impossible d’arriver à un résultat parfait en référencement naturel. C’est un travail de longue haleine, sans fin.

Créez du contenu intéressant, en ayant à l’esprit les mots clés important pour développer votre visibilité sur google et commencez à investir un budget récurrent dans le développement de votre visibilité.